mercredi 28 novembre 2007

La parité de gré ou de force

Vous n’avez pas pu y échapper si vous avez ouvert votre poste de télévision récemment car toutes les chaînes en parlent. Non, non il ne s’agit pas des exactions de certains "barbares de la république" qui brûlent des écoles et des bibliothèques pour venger la mort violente de deux "jeunes" des "quartiers" qui circulaient de nuit, sans casques, sans lumières, sans permis, sans assurance sur un engin inadapté et interdit à la circulation sur route ouverte. Non, il ne s'agit pas de cet événement accidentel mais de cette nouvelle avancée de l'empire du bien: l'égalité salariale entre hommes et femmes.

Pour ceux et celles qui auraient échappé aux trompettes de la pensée unique et du politiquement correct, je rappelle que nos tendres compagnes, amies, mères, sœurs, cousines, etc. sont victimes de nombreuses discriminations et notamment en matière de rémunération. Ceux et celles qui veulent s'en assurer pourront se plonger dans le dossier de presse de la "Conférence Sociale Tripartite: égalité professionnelle et salariale hommes-femmes", bon courage!

Toutes choses étant égales par ailleurs, les femmes seraient donc moins payées que les hommes, admettons. Au nom de la mère, de la fille et de la sacro sainte parité, on ne pouvait rester insensible devant tant d'iniquité. Il était donc urgent et nécessaire que Xavier BERTRAND, ministre du travail des relations sociales et de la solidarité vienne nous indiquer comment cesser ces pratiques discriminatoires comme il nous convainquit naguère d'abandonner la consommation de tabac: par la contrainte et la menace.

Enquête sur le terrain


Après le plaisir d'en griller une, il va falloir abandonner le plaisir d'en discriminer une. Fini le complot machiste des mâles dirigeants de l'entreprise mettant au point d'insidieuses stratégies pour mieux maintenir les employées aux rangs subalternes. Finies les offres d'emploi à double budget car pour un même poste et comme chacun le sait, le patron préfère logiquement (sic) surpayer un homme que sous-payer une femme.

Comme le dit Xavier BERTRAND: "on ne peut plus passer pour des naïfs". Ministre d'un gouvernement nommé par un président qui se prétend libéral, il lui faut éviter comme la peste de passer pour un ultra-libéral ce qui, dans l'échelle des valeurs de la soviétie française, le transformerait en chaînon manquant entre George BUSH et Adolf HITLER. Alors à bas la méritocratie!

L'état va une fois encore venir fourrer son nez dans la gestion des entreprises privées pour établir une égalité salariale qu'il n'est même pas capable d'obtenir dans les entreprises publiques dont il a la responsabilité. Bien sûr, on pourra se rassurer en imaginant que les sanctions ne seront appliquées que "si l'ancienneté est la même, si le poste est le même, si la qualification est la même", mais si vous avez le tort d'être un homme professionnellement performant, vous comprendrez certainement que votre collègue du bureau d'en face sera servie en priorité lors d'éventuelles augmentations de salaires, même si elle ne l'a pas mérité.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais


La conséquence de tout cela? Elle est facile à prévoir: Comme la fameuse contribution DELALANDE avait surtout contribué à écarter les seniors du monde du travail, cette nouvelle usine à gaz va inciter les entreprises à ne pas embaucher de femmes pour éviter des conflits prud'homaux. Toute la clique des gauchistes et des féministes criera alors encore plus à la discrimination et le gouvernement imposera aux rares entreprises ayant conservé une activité en France, des quotas de femmes, d'immigrés, de jeunes en difficulté, de seniors; d'handicapés, d'homosexuels, de musulmans, de cycliste, etc., etc…

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
j'ajouterai en plus certains points à votre article.
On parle tout le temps de disparité salariale mais on ne dit jamais que les hommes travaillent plus que les femmes, s'investissent plus dans l'entreprise et prennent plus de risques dans leur vies professionnelle. Etant moi-même cadre dans une grande entreprise, j'ai plus souvent vu des hommes sacrifier leur week-end pour l'avancement d'un projet que des femmes. Et comme les augmentations des cadres sont pondérés selon les performances individuelles, il est logique que les hommes aient plus d'avancement... Et des exemple de ce genre, il y en a plein. Chez les médecins par exemple, les femmes médecin travaiellent moins que les hommes, toujours pour privilégier leur qualité de vie et leur vie familiale. Comme la profession s'est féminisée, on se retrouve avec des campagnes vides de médecin (puisque les femmes ne veulent pas aller dans ces endroits qui demandent beaucoup d'investissement professionnel) et une surconcentration de médecin dans les villes...
Les femmes sont trop prudentes pour arriver loin... Les hommes sont coupables de prendre plus de risques. Les féministes ne font qu'infantiliser les femmes à force de leur faire croire "c'est pas ma faute, c'est les autres" au lieu d'analyser les problèmes de fond...

philippe psy a dit…

Putain El gringo superbe ton article ! Bien écrit et argumenté pour un ingénieur !

Bon tu sais ce que je pense de X. Bertrand ! File moi une corde et un réverbère et ...

El Gringo a dit…

... tu fumes la corde en pissant contre le réverbère?

Anonyme a dit…

Je rajoute en plus un commentaire...

Merci Philippe

Claude

il sorpasso a dit…

Pour Xavier B, j'aimerais plutôt lui faire bouffer de la salade verte (sans sauce) jusqu'à ce qu'il en claque, genre Seven remixé...

Sinon, mucho bueno articlo,viva El Gringo ! Et n'oubliez pas de mettre des liens vers Phil pour lui casser son humilité d'orgueil de chépuiquoi.

Nb : entendu parlé aussi d'une (nouvelle) loi genre un pays nordique avec obligation de parité dans les conseils d'administration sinon, dissolution de la boite, génial non ?

Anonyme a dit…

Bonsoir, étant une femme pour moi la raison principale des disparités de salaires entre hommes et femmes, c'est que celles-ci, dernières arrivées sur le marché du travail, occupent souvent des emplois moins qualifiés.
Mais ne demandez pas aux bourgeoises féministes de comprendre celà, et encore moins qu'une ouvrière à la chaîne préfèrerait rester à la maison avec un salaire maternel.
Quand à la dissuasion d'employer une femme le dispositif congé maternité + congé parental dont certaines abusent vraiment est déjà très dissuasif pour l'employeur, croyez moi!
Je suis par contre sidérée quand des commentateurs ici trouvent normal qu'un homme travaille soirs et week end sans voir sa famille. C'est la trajectoire idéale pour se retrouver divorcé, avec madame qui garde la maison et des gamins hostiles qui ne vous considèrent que sous l'angle du fric. La misandrie c'est aussi la négation du père de famille, qui n'est pas qu'une machine à ramener de l'argent.

philippe psy a dit…

tiens plutôt que de m'imaginer fumant une corde en pissant contre un réverbère, va voir sur le site Sisley (groupe Benetton), cette belle campagne de presse et imagine l'inverse !

http://press.benettongroup.com/ben_en/image_gallery/collections/?branch_id=1344

Tu vois, c'est moi qui te trouve à faire des articles !

philippe psy a dit…

Tiens piqué sur ILYS cette citation :

"En son temps, déjà, Paul Léautaud s’étonnait qu’autant de femmes écrivent des livres et, comme il était sage et savait remonter de la cause à l’effet, il expliquait par cette inflation d’écrivaines sa difficulté à trouver une femme de ménage qui ne soit pas une souillonne et une voleuse."

J'ai pensé que tu apprécierais !