dimanche 21 novembre 2010

Rencontre avec Kevin

"Emmanuel, euh, tu dragues les gays en montrant ton cul comme cela ?"

Que n'ai-je considéré cette question, apparemment moqueuse, avec le plus grand sérieux. Philippe connait les secrets de la vie et de l'univers, il vole avec les esprits et parle avec les divinités, ce qu'il dit n'est jamais anodin. En effet, et malgré mes laborieuses dénégations visant à conjurer le funeste augure, c'est bien un jeune homme qui semble avoir été irrésistiblement attiré par ma plastique. Cela parait fou mais moins de six heures après que Philippe eut formulé sa prémonition, celle-ci s'accomplissait d'une manière implacable.

Photo de Philippe posant devant son cabinet


Je n'aurais jamais cru que j'allais me ruer entièrement nu sur un jeune homme de dix-neuf ans, que j'allais me saisir de lui, le pousser de force dans les toilettes et l'y maintenir pendant de longues minutes, jusqu'à ce que mon fils soit obligé d'appeler les forces de l'ordre pour faire cesser cette odieuse situation. J'imagine bien que vous-même avez de la peine à concevoir qu'un brillant sujet tel que moi ait pu être l'acteur d'une telle ignominie mais c'est pourtant l'exacte vérité sur des faits réels s'étant déroulé dans la nuit de vendredi à samedi.

Ce 20 novembre, m'étant couché vers deux heures du matin, je ne dormais pas lorsque, quinze minutes plus tard, j'entendis un bruit au rez-de-chaussée puis dans l'escalier qui monte à l'étage. Pensant qu'il s'agissait de mon fils, je me levais pour lui demander d'être plus discret dans ses déplacements nocturnes. Bizarrement, les pas s'inversaient dans l'escalier alors que j'ouvrais la porte de ma chambre. Etonné par cette volte-face, je me penchais au dessus de la rambarde pour interpeller mon héritier. C'est alors que je l'aperçu, beau jeune homme de type Européen (1) gambadant dans l'entrée de ma demeure, Kevin C se dévoilait à moi.

Aussitôt, brûlant de le connaitre, je dévalais l'escalier à mon tour pour me jeter à son cou. A peine l'avais-je rejoint que je le pressais de question, je voulais tout savoir de lui:

"Qui es-tu, comment t'appelles-tu, d'où viens-tu et que fais-tu ici?"

Le charmant Kevin, sans doute intimidé par l'intérêt que le lui portais, peut-être même effrayé par la rudesse de notre étreinte, souhaitait quitter mon domicile sur le champ et, désarmante fraicheur juvénile, m'assurait ne pas savoir ce qu'il faisait là. Ne pouvant me résoudre à laisser s'enfuir l'objet de mes ardeurs je le poussais alors dans les toilettes et l'y maintenais, je dois bien le reconnaitre, contre sa volonté. Etait ce l'exubérance qui m'habitait, était ce la volonté de le convaincre de rester, le ton de ma voix était élevé au point que mon fils descendait à son tour de sa chambre.

A ce stade du récit, je dois préciser que si je me parfumais au Chanel N°5, je pourrais dire comme Marylin Monroe que je ne porte rien d'autre la nuit. En d'autres termes, je dors un peu comme sur la photo d'Août de mon calendrier, le masque en moins. C'est donc nu comme un ver et en compagnie de Kevin que mon fils me découvrait dans les toilettes… Pour mettre fin à cette situation torride et pouvoir revenir à une attitude plus décente, je l'enjoignais alors de contacter la maréchaussée et de me procurer un vêtement d'intérieur.

Par un hasard extraordinaire, il se trouve que les deux fonctionnaires de police invités à notre petite fête impromptue connaissaient déjà mon nouvel ami Kevin. Sans doute un peu jaloux de ma bonne fortune, ils décidaient de l'emmener avec eux pour une autre fête se déroulant au commissariat et déjà mélancolique, je les vis s'enfoncer tous les trois dans l'obscurité hachurée par le faisceau lumineux de leur gyrophare.

(1) "de type Européen", c'est bien ainsi que le fonctionnaire ayant recueilli ma plainte a décrit l'individu que j'ai découvert dans ma maison.

21 commentaires:

Epicier vénéneux a dit…

George — Eh bien, je vais te raconter l’histoire de ce malade qui s’est pointé un soir dans ma chambre d’hôtel. Un putain d’énergumène.

George — Bonsoir. Qu’est-ce que vous faites dans ma chambre ?
Vous avez un truc à me demander ?

Putain d’énergumène — Aime-moi tendre, aime-moi vrai.

George — Ça veut dire quoi ces conneries ?

Putain d’énergumène — Ça veut dire aime-moi tendre et aime-moi vrai.

George — Moi ce que je vois, c’est que dans deux secondes je vais te botter le cul.

Putain d’énergumène — Bon écoute, tu peux faire tout ce que tu veux… mais évite de marcher sur mes chaussures en suédine bleue.

George — C’est quoi ça ?

Putain d’énergumène — Ne sois pas cruel. Un pour l’argent, deux pour le spectacle, et trois pour le caillou.


George — Et voilà, c’était mon souvenir. En tout cas s’il cherchait pour du trouble, il est venu à la bonne place.

El Gringo a dit…

Très rock'n roll, cette histoire.
Je m'attendais un peu à ce que le putain d'énergumène dise que c'était maintenant ou jamais, mais c'est vrai que je vois l'Elvis partout.

philippe psy a dit…

Putain, c'est con d'entrer dans la maison du Gringeot ! Pauvre Kevin !

ombre a dit…

M El Gringo, je me dois de féliciter le fin appréciateur de l’art que vous êtes, pour avoir réussi à réanimer son blog après plus de deux longues années d’absence, heu, y avoir attiré nombre de femelles à ce que je vois, et avoir notamment capturé votre petit voleur, ce qui est très bien en soi ! Néanmoins je me dois également de vous rappeler que satisfaire le besoin de plaire ne doit aucunement se faire aux dépens de votre image, ladite image à laquelle vous tentiez justement de rendre justice dans le billet précédent et qui devrait refléter le respect le plus total que vous vous devez et à votre corps et (en admettant que vous ne ré-hibernerai pas après le post à Kevin) au lectorat sérieux dont je ferai désormais partie… Merci !

El Gringo a dit…

@Ombre
Tout blogueur vit du plaisir de celui qui l'écoute
Cet axiome vaut bien un effort, sans doute

Thomas a dit…

Kevin n'est pas Bjorn ? étrange...

Gringeot, je préfère quand tu déconnes en soirée plutôt que quand tu écris des articles avec des mots compliqués (que j'ai du mal à comprendre).

Ceci dit, ton blog est "stylé" !

Anonyme a dit…

Hello!

Très difficile à lire votre fichier JPEG "Avis à victime"!!
Cependant, j'ai réussi à lire "vous devez vous constitueZ partie civile!!!"

ça me semble un peu gros comme faute pour un document officiel du ministère de la (in)justice!!

Alors, fake ou imagination romanesque???

Ceci dit, rien compris au comm de Ombre, sinon courbette et rond de jambe, ou alors stratégie de séduction indirecte du psy!!

Merci l'épicier pour le joli dialogue avec Monsieur Kiingueu de Memfisse Tenessi!

El Gringo a dit…

@Thomas

Es-tu bien le jeune T, ou un farceur de ma connaissance se faisant passer pour lui?
Si tu es bien celui que tu prétends être, pourquoi n'utilises-tu pas ton compte?

Enfin, si c'est bien toi, merci pour ce compliment.

El Gringo a dit…

@Anonyme
Pour lire le JPEG:
1°/Cliquer sur l'image pour l'ouvrir
2°/Cliquer sur la nouvelle image pour l'agrandir
Si vous n'arrivez toujours pas à lire, faites vous conduire de toute urgence chez un ophtalmo. Surtout, ne prenez pas le volant vous même!!!

Je confirme la faute de conjugaison sur le document original ainsi que le plafond de 30.000 FRANCS (!) quelques lignes plus bas.
Rassurez-nous, vous ne croyez tout de même pas à l'infaillibilité de l'administration française? Parce qu'ici, vous n'êtes pas sur un blog socialiste.

Pour le reste, je laisse Ombre décider de l'opportunité de vous répondre.

Thomas a dit…

Comment ça mon compte Gringeot ? Je suis bien le jeune T, near the rer B.

A bientôt !

Sylvain a dit…

Il y a aussi "procés" en avant dernière ligne...
Bref c'est une bonne grosse flutte, toute cette histoire...

Epicier vénéneux a dit…

Thomas a dit...

Kevin n'est pas Bjorn ? étrange...


Bjorn, c'est pas auvergnat comme prénom ?

El Gringo a dit…

@Thomas
Ok, mes soupçons étaient infondés.
A+

@Sylvain
Argh, un accent aigu à la place d'un grave, vous avez prouvé la supercherie d'une façon incontestable, je suis percé à jour, bravo! Seul un esprit supérieur pouvait exploiter cet infime détail et à l'évidence vous en êtes un, et un beau!

@Epicier
Non, non, Kevin est bien Gaulois, il est même blond! Et puis une fois attrapé, il avait l'air d'un gamin ayant chapardé dans un magasin. Pas le comportement d'un Björn.

ombre a dit…

Réhibernerez...

Curieusement le style de cet anonyme me rappelle quelque peu celui de la lettre, ou alors est-ce du trollage bas de gamme d’une des groupies, bêtement jalouse, de M El Gringo, voire de celles de M Philippe !

De toute manière, l'anonymat reste l'arme des faibles, malheureux !

Unami a dit…

La surprise a été pour le pauvre Kevin, a trouvé un garçon nu (El Gringo Frances) subtilement parfumé à la Chanel 5.

Pedia à juste titre pleurer de le laisser aller. hahaha

Pardonnez mon mauvais français

GCM a dit…

Cher El gringo, c'est pas un buraliste qui va me péter les noix...
Bonne journée !

GCM a dit…

Oh merdeeeeeee ça a foiré !!

J'étais connecté avec mon prénom la dernière fois c'était plus drôle !!

GCM a dit…

Tiens, à propos, j'ai l'image de l'article précédent dans sa version originale, si toutefois ça intéresse quelqu'un, ce dont je doute...

http://img24.imageshack.us/img24/6400/egaout.jpg

Epicier vénéneux a dit…

Tiens, à propos, j'ai l'image de l'article précédent dans sa version originale

L'avantage du curaçao bleu, c'est que sa coloration masque celle donnée aux boissons transparentes par les comprimés de Rohypnol réduits en poudre.

Ca expliquerait bien des roses.

El Gringo a dit…

@GCM
C'est malin, maintenant tout le monde sait:
- que tu t'appelles Sylvain
- que tu es un esprit supérieur

:o)

GCM a dit…

Boh je crois que tout le monde savait déjà tout ça ^^